AAC: RT28 – Recherches en sciences sociales sur la sexualité – Congrès AFS 2019

L’étude des sexualités tant en termes de pratiques, de représentations et d’identités fait l’objet de formes de classement se trouvant au coeur d’enjeux scientifiques, politiques, militants et profanes. Nous proposons de centrer nos réflexions autour de 2 axes propres au RT28, et de 3 collaborations avec d’autres RT. Ces quelques pistes de recherches n’en excluent pas d’autres, et toute proposition mobilisant les outils des sciences sociales de la sexualité est bienvenue.

1)         Classement et luttes de classements

L’appel à communications du congrès entend interroger les manières dont les formes de classement d’individus, de collectifs et de groupes agissent sur les sociétés d’hier et d’aujourd’hui. Nous nous proposons d’examiner en ce sens : les discours et les pratiques de la sexualité ordinaire ; les limites et porosités de ces classements, et leurs articulations dans différents espaces sociaux, qu’ils soient politiques, physiques, numériques ; régulations, gouvernement, contrôle des sexualités (Droit, Médecine, Sexologie) et comment les institutions (re)qualifient les catégories « déviantes » ; les « nouvelles » façons de classer les sexualités (asexualité, pansexualité, polyamour etc.) ; appropriations, réceptions et modifications des catégories sexuelles par les militant.e.s et les individus.

2)         Classer, catégoriser, mesurer : une activité de recherche

Cet axe, dans une visée plus épistémologique et méthodologique, interroge la façon dont les sciences sociales, avec des méthodes tant qualitatives que quantitatives, ont classé, catégorisé et mesuré la sexualité. Plus précisément, on pourra expliciter nos opérations concrètes de classement : quelles sont les démarches adoptées dans la prise de notes ethnographiques, ou encore dans la conception et l’analyse d’entretiens ou d’enquêtes statistiques ?

Par ailleurs, l’autonomie des opérations de classements sociologiques de la sexualité par rapport à d’autres formes de catégorisation scientifiques (en particulier épidémiologiques), administratives, militantes ou profanes est à questionner. Les frontières entre les principes de classement sont-elles poreuses ? Dans quelle mesure les sciences sociales s’approprient-elles et/ou réutilisent-elles des modes de classification ? Par exemple, comment les orientations sexuelles sont-elles délimitées par les chercheur.e.s ? Ou encore, comment passe-t-on de la description d’une pratique sexuelle à sa catégorisation scientifique (définitions de la « première fois », du nombre de partenaires sexuel.le.s, de ce qui constitue une violence sexuelle, etc.) ?

Enfin, nous invitons à une réflexion sur la circulation des concepts et sur les effets performatifs que nos classements peuvent avoir, notamment en termes de légitimation ou d’invisibilisation d’un problème public, de constitution d’un champ académique, ou de limites dans les mesures d’un phénomène. )

Saisie des propositions en ligne du 15 janvier au 15 février: afs-socio.fr

Informations relatives au Congrès 2019:

Dates :
du mardi 27 au Vendredi 30 Août 2019

Lieux : 
Aix-Marseille – Faculté des Arts, Lettres et Sciences humaines

Adresse : 
29 avenue Robert Schuman 13090 Aix-en-Provence

AAA: Economies de la sexualité : travail, marché, valeur

Revue française de socio-économie

Economies de la sexualité : travail, marché, valeur

Envoi des articles: 15 mars 2018

Au cours des dernières décennies, les sciences sociales de la sexualité se sont emparées de catégories issues de l’économie. Elles ont par exemple envisagé la prostitution et la pornographie comme des activités productives, faisant l’objet d’évaluations économiques, donnant lieu à des formes de valorisation monétaire et mobilisant une force de travail dotée de capitaux spécifiques. Continuer la lecture de AAA: Economies de la sexualité : travail, marché, valeur

Economie et sexualité (2)

par Pierre Brasseur (RT 28 « Recherches en sciences sociales sur la sexualité ») et Jean Finez (RT12 « Sociologie économique »)

« Lu sur le web » a pour objectif de présenter de manière souple des matériaux disponibles sur le web et en lien avec la sociologie économique. Cette nouvelle recension de Pierre Brasseur (RT28) et Jean Finez (RT12) fait le point sur quelques travaux récents consacrés aux relations entre l’économie et la sexualité. Elle actualise la recension précédente sur la même thématique. Continuer la lecture de Economie et sexualité (2)

John Gagnon (1931-2016): in memoriam

Alain Giami rend hommage à John Gagnon

 

John Gagnon

J’ai rencontré John Gagnon à l’Université de Stony Brook, dans la banlieue de New York, en 1989, au moment même où, en France, un projet d’enquête nationale sur les comportements sexuels était en pleine phase d’élaboration [1]. Continuer la lecture de John Gagnon (1931-2016): in memoriam

Rappel: Congrès AFS 2015: Programme du RT 28 mis à jour

Congrès AFS 2015 « La sociologie, une science contre nature ? » / Université Versailles St Quentin

Programme du RT 28 « Recherches en sciences sociales sur la sexualité »  Continuer la lecture de Rappel: Congrès AFS 2015: Programme du RT 28 mis à jour

Parution: Révolutions sexuelles

Alain Giami, Gert Hekma (dir.), Révolutions sexuelles, Paris, La Musardine, 2015.

Révolutions sexuelles Giami Hekma

Les révolutions sexuelles ont-elles existé ? Dans les années 1960-1980 des ruptures radicales ont eu lieu dans les comportements sexuels, les cadres sociaux et les imaginaires de la sexualité. De nouvelles libertés ont renforcé les droits des jeunes et des femmes, des gays et des lesbiennes.
Les gauches et certaines féministes ont parfois dénoncé le consumérisme sexuel et le renforcement du sexisme, pendant que les conservateurs critiquaient un individualisme débridé et la disparition des valeurs traditionnelles. La réalité même des révolutions sexuelles a été mise en cause. Ces mouvements ont coïncidé avec des bouleversements majeurs dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la médecine, des psychothérapies, de la justice, de la politique et de la religion.
Les textes réunis ici proposent de revenir sur ces événements et les changements qu’ils ont occasionnés dans le monde dit occidental (Europe, Union soviétique et États-Unis). Ils revisitent des thèmes toujours brûlants comme le droit à l’avortement, la contraception, la pornographie ou la pédophilie, et remettent en perspective les positions contemporaines sur ces questions. L’ouvrage rouvre ces discussions tout en fournissant des éclairages sur les enjeux actuels des sexualités et du genre.

Sommaire

Avant-propos, Alain Giami et Gert Hekma

REPENSER LES RÉVOLUTIONS SEXUELLES

  • Révolutions ou évolutions sexuelles ? Les termes du débat, Alain Giami et Gert Hekm
  • La libération sexuelle des femmes : avortement, églises, handicap, Dagmar Herzog
  • Homosexualité, pédophilie, militantisme gay et lesbien, David Paternotte

SITUATIONS EN FRANCE

  • La renaissance de la sexologie française à la fin des années 1950 : les prémisses de la révolution sexuelle ?, Sylvie Chaperon
  • L’ambivalente émancipation sexuelle de Daniel Guérin, Rostom Mesli
  • Les thérapies de la libération sexuelle en France : entre politique et psychologie, Alain Giami
  • Le mouvement de libération gay (1960-1990), Michael Sibalis
  • Révolution ou libération sexuelle des Françaises ?, Janine Mossuz-Lavau

HISTOIRES NATIONALES

  • Déclin et permanence des normes puritaines (Pays-Bas), Gert Hekma
  • La révolution sexuelle en URSS : des changements dynamiques sous la glace, Dan Healey
  • La pornographie, la perversité et la révolution sexuelle, Jeffrey Escoffier
  • Catholicisme et évolution des mœurs sexuelles dans la Flandre belge, Wannes Dupont
  • Révolution(s) sexuelle(s) en Grande-Bretagne, Matt Cook
  • Bibliographie complémentaire
  • Notes biographiques sur les auteurs

Plus d’informations sur le site de l’éditeur ici

Economie et sexualité

par Pierre Brasseur (RT 28 « recherches en sciences sociales sur la sexualité ») et Jean Finez (RT 12)

Les chercheurs en sciences sociales, notamment en France, portent un intérêt croissant à la question « sexuelle » en lien avec ses dimensions économiques. Un colloque intitulé Borderline, les économies du sexe organisé en décembre 2014 au Centre Pompidou témoigne de l’attention accordée à cet objet à la croisée de la sociologie économique et du travail et de la sociologie de la sexualité et du genre. Cet engouement se traduit notamment dans l’actualité de la notion d’échanges économico-sexuels, forgée par l’anthropologue Paola Tabet dans les années 1980.

En 2010, un colloque consacré aux transactions sexuelles a été organisé à Lausanne et à donné lieu depuis à une forte activité éditoriale. En 2012, la revue en ligne Sociologies a publié le dossier Transactions sexuellesau prisme des migrations. La revue Ethnologie française a par ailleurs consacré en 2013 un dossier au thème des sexualités négociées. Les nombreuses contributions de ce dossier s’intéressent principalement aux relations entre le sexe et l’économie. En introduction du dossier, Philippe Combessie et Sibylla Mayer proposent une revue de littérature historique des travaux scrutant la dimension économique des relations sexuelles.

Toujours en lien avec le colloque de Lausanne, la parution en novembre 2014 d’un livre en forme d’hommage critique au travail de P. Tabet. A travers une série d’études de terrain consacrées notamment aux maisons closes au Mali, au marché matrimonial international des Philippines, au tourisme sexuel en Thaïlande et aux clubs libertins parisiens, l’ouvrage collectif L’échange économico-sexuel (Éditions de l’EHESS) interroge les frontières complexes et mouvantes « qui séparent intérêts et sentiments, contraintes et plaisirs, égalité et domination ». Le site de l’éditeur permet d’accéder à l’introduction et au sommaire du livre. La revue en ligne Mouvements.info publie par ailleurs une longue recension rédigée par Morgane Merteuil, porte-parole du Syndicat du travail sexuel (STRASS). Enfin, les inrocks.com proposent une interview de Christophe Broqua et Catherine Deschamps qui ont dirigé l’ouvrage collectif.

Un numéro de la revue Regards croisés sur l’économie, paru en 2014, consacré aux économies souterraines, propose plusieurs articles sur des questions sexuelles, en particulier une contribution du sociologue Baptiste Coulmont sur « le petit commerce pornographie » dans les années 1960, du temps où une telle activité était interdite. Dans une approche plus historique, Clyde Plumauzille présente dans un article du numéro d’automne 2013 de Genre, sexualité et société une analyse du « marché aux putains » de Paris sous la Révolution française.

On peut également évoquer la publication récente d’un résumé du livre déjà classique d’Eva Illouz Les sentiments du capitalisme (Seuil, 2006). A noter par ailleurs, un compte-rendu de lecture sur La vie des idées consacré à Pourquoi l’amour fait mal (Seuil, 2012), ouvrage du même auteur ayant pour ambition de traiter des émotions de la même manière que Marx traite des marchandises.

Citons enfin la publication du livre Le travail pornographique de Mathieu Trachman (La Découverte, 2013). L’ouvrage a fait l’objet de plusieurs notes de lecture, notamment publiées sur le site Liens Socio, dans Sociologie du travail, ainsi que dans la désormais traditionnelle chronique bibliographique sur le genre de la Revue française de science politique. On peut aussi (ré)écouter en ligne l’émission La suite dans les idées, diffusée en janvier 2013 sur France Culture, au cours de laquelle l’auteur présente son travail.

>>> Lire le billet sur le site du Carnet du RT12 de l’Association Française de Sociologie – Sociologie économique