John Gagnon (1931-2016): in memoriam

Alain Giami rend hommage à John Gagnon

 

John Gagnon

J’ai rencontré John Gagnon à l’Université de Stony Brook, dans la banlieue de New York, en 1989, au moment même où, en France, un projet d’enquête nationale sur les comportements sexuels était en pleine phase d’élaboration [1]. Continuer la lecture de John Gagnon (1931-2016): in memoriam

Rappel: Congrès AFS 2015: Programme du RT 28 mis à jour

Congrès AFS 2015 « La sociologie, une science contre nature ? » / Université Versailles St Quentin

Programme du RT 28 « Recherches en sciences sociales sur la sexualité »  Continuer la lecture de Rappel: Congrès AFS 2015: Programme du RT 28 mis à jour

Parutions

  • Mathers, Lain A.B., J. Edward Sumerau, and Koji Ueno. 2015. ““This Isn’t Just Another Gay Group”:  Privileging Heterosexuality in a Mixed-Sexuality LGBTQ Advocacy Group.” Journal of Contemporary Ethnography DOI: 10.1177/0891241615578905
  • DeLamater, John and Rebecca F. Plante (Eds.). 2015. Handbook of the Sociology of Sexualities: http://www.springer.com/us/book9783319173405.
     9783319173405

Colloque International à Paris: Council For European Studies – Sémi-plénière sur Mobilizations Anti-« Gender »/Mariage en Europe

Gender Crusades: Mobilizing Against Equality in Europe

Friday, July 10, 6:00 to 7:45 PM – 28 rue des Saints-Pères, Caquot Amphiteater (OUVERT AU PUBLIC)

Chair: Isabelle Engeli, University of Ottawa
Participants:
Phillip Ayoub, Drexel University
Michael Bosia, Saint Michael’s College
Eric Fassin, University of Paris 8
Elzbieta Korolczuk, University of Gothenburg
Agnieszka Graff, University of Warsaw
Mieke Verloo, IWM, Institute for Human Sciences
Discussants: Isabelle Engeli, University of Ottawa; David Paternotte, Université Libre de Bruxelles

Parution articles

3 articles parus récemment qui pourraient intéresser:

  • Ghaziani, Amin. 2015. “Lesbian Geographies.” Contexts 14(1):62-64. Accès gratuit

    • Un article qui explore la question de la distribution géographique des lesbiennes aux États-Unis, avec, notamment, des données du recensement.
  • Scherrer, Kristin S., Emily Kazyak, and Rachel Schmitz. 2015. “Getting ‘Bi’ in the Family: Bisexual People’s Disclosure Experiences.”Journal of Marriage and FamilyLien

    • Si le processus du coming out est relativement bien connu pour les gays et lesbiennes, qu’en est-il pour les bisexuel-les? Cet article regarde les processus de révélation de l’orientation sexuelle chez les personnes attirées par les hommes et les femmes.
  • Kazyak, Emily. 2015. “‘The Law’s the Law, Right?’ Sexual Minority Mothers Navigating Legal Inequities and Inconsistencies.” Sexuality Research and Social PolicyLien

    • Aux États-Unis, les mères lesbiennes font face à des complexités juridiques dues à l’inégalité de reconnaissance des droits entre les états. Dans cet article, il est question de leurs stratégies vis-à-vis de ces inégalités.

Parution: Révolutions sexuelles

Alain Giami, Gert Hekma (dir.), Révolutions sexuelles, Paris, La Musardine, 2015.

Révolutions sexuelles Giami Hekma

Les révolutions sexuelles ont-elles existé ? Dans les années 1960-1980 des ruptures radicales ont eu lieu dans les comportements sexuels, les cadres sociaux et les imaginaires de la sexualité. De nouvelles libertés ont renforcé les droits des jeunes et des femmes, des gays et des lesbiennes.
Les gauches et certaines féministes ont parfois dénoncé le consumérisme sexuel et le renforcement du sexisme, pendant que les conservateurs critiquaient un individualisme débridé et la disparition des valeurs traditionnelles. La réalité même des révolutions sexuelles a été mise en cause. Ces mouvements ont coïncidé avec des bouleversements majeurs dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la médecine, des psychothérapies, de la justice, de la politique et de la religion.
Les textes réunis ici proposent de revenir sur ces événements et les changements qu’ils ont occasionnés dans le monde dit occidental (Europe, Union soviétique et États-Unis). Ils revisitent des thèmes toujours brûlants comme le droit à l’avortement, la contraception, la pornographie ou la pédophilie, et remettent en perspective les positions contemporaines sur ces questions. L’ouvrage rouvre ces discussions tout en fournissant des éclairages sur les enjeux actuels des sexualités et du genre.

Sommaire

Avant-propos, Alain Giami et Gert Hekma

REPENSER LES RÉVOLUTIONS SEXUELLES

  • Révolutions ou évolutions sexuelles ? Les termes du débat, Alain Giami et Gert Hekm
  • La libération sexuelle des femmes : avortement, églises, handicap, Dagmar Herzog
  • Homosexualité, pédophilie, militantisme gay et lesbien, David Paternotte

SITUATIONS EN FRANCE

  • La renaissance de la sexologie française à la fin des années 1950 : les prémisses de la révolution sexuelle ?, Sylvie Chaperon
  • L’ambivalente émancipation sexuelle de Daniel Guérin, Rostom Mesli
  • Les thérapies de la libération sexuelle en France : entre politique et psychologie, Alain Giami
  • Le mouvement de libération gay (1960-1990), Michael Sibalis
  • Révolution ou libération sexuelle des Françaises ?, Janine Mossuz-Lavau

HISTOIRES NATIONALES

  • Déclin et permanence des normes puritaines (Pays-Bas), Gert Hekma
  • La révolution sexuelle en URSS : des changements dynamiques sous la glace, Dan Healey
  • La pornographie, la perversité et la révolution sexuelle, Jeffrey Escoffier
  • Catholicisme et évolution des mœurs sexuelles dans la Flandre belge, Wannes Dupont
  • Révolution(s) sexuelle(s) en Grande-Bretagne, Matt Cook
  • Bibliographie complémentaire
  • Notes biographiques sur les auteurs

Plus d’informations sur le site de l’éditeur ici

Economie et sexualité

par Pierre Brasseur (RT 28 « recherches en sciences sociales sur la sexualité ») et Jean Finez (RT 12)

Les chercheurs en sciences sociales, notamment en France, portent un intérêt croissant à la question « sexuelle » en lien avec ses dimensions économiques. Un colloque intitulé Borderline, les économies du sexe organisé en décembre 2014 au Centre Pompidou témoigne de l’attention accordée à cet objet à la croisée de la sociologie économique et du travail et de la sociologie de la sexualité et du genre. Cet engouement se traduit notamment dans l’actualité de la notion d’échanges économico-sexuels, forgée par l’anthropologue Paola Tabet dans les années 1980.

En 2010, un colloque consacré aux transactions sexuelles a été organisé à Lausanne et à donné lieu depuis à une forte activité éditoriale. En 2012, la revue en ligne Sociologies a publié le dossier Transactions sexuellesau prisme des migrations. La revue Ethnologie française a par ailleurs consacré en 2013 un dossier au thème des sexualités négociées. Les nombreuses contributions de ce dossier s’intéressent principalement aux relations entre le sexe et l’économie. En introduction du dossier, Philippe Combessie et Sibylla Mayer proposent une revue de littérature historique des travaux scrutant la dimension économique des relations sexuelles.

Toujours en lien avec le colloque de Lausanne, la parution en novembre 2014 d’un livre en forme d’hommage critique au travail de P. Tabet. A travers une série d’études de terrain consacrées notamment aux maisons closes au Mali, au marché matrimonial international des Philippines, au tourisme sexuel en Thaïlande et aux clubs libertins parisiens, l’ouvrage collectif L’échange économico-sexuel (Éditions de l’EHESS) interroge les frontières complexes et mouvantes « qui séparent intérêts et sentiments, contraintes et plaisirs, égalité et domination ». Le site de l’éditeur permet d’accéder à l’introduction et au sommaire du livre. La revue en ligne Mouvements.info publie par ailleurs une longue recension rédigée par Morgane Merteuil, porte-parole du Syndicat du travail sexuel (STRASS). Enfin, les inrocks.com proposent une interview de Christophe Broqua et Catherine Deschamps qui ont dirigé l’ouvrage collectif.

Un numéro de la revue Regards croisés sur l’économie, paru en 2014, consacré aux économies souterraines, propose plusieurs articles sur des questions sexuelles, en particulier une contribution du sociologue Baptiste Coulmont sur « le petit commerce pornographie » dans les années 1960, du temps où une telle activité était interdite. Dans une approche plus historique, Clyde Plumauzille présente dans un article du numéro d’automne 2013 de Genre, sexualité et société une analyse du « marché aux putains » de Paris sous la Révolution française.

On peut également évoquer la publication récente d’un résumé du livre déjà classique d’Eva Illouz Les sentiments du capitalisme (Seuil, 2006). A noter par ailleurs, un compte-rendu de lecture sur La vie des idées consacré à Pourquoi l’amour fait mal (Seuil, 2012), ouvrage du même auteur ayant pour ambition de traiter des émotions de la même manière que Marx traite des marchandises.

Citons enfin la publication du livre Le travail pornographique de Mathieu Trachman (La Découverte, 2013). L’ouvrage a fait l’objet de plusieurs notes de lecture, notamment publiées sur le site Liens Socio, dans Sociologie du travail, ainsi que dans la désormais traditionnelle chronique bibliographique sur le genre de la Revue française de science politique. On peut aussi (ré)écouter en ligne l’émission La suite dans les idées, diffusée en janvier 2013 sur France Culture, au cours de laquelle l’auteur présente son travail.

>>> Lire le billet sur le site du Carnet du RT12 de l’Association Française de Sociologie – Sociologie économique

AAC: RT28 : 6ème Congrès de l’Association Française de Sociologie

6ème Congrès de l’Association Française de Sociologie (Saint-Quentin-en-Yvelines, 29 juin- 2 juillet 2015)

RT28 : Recherches en sciences sociales sur la sexualité Appel à communications

La sociologie : une science contre nature? Telle est la question sur laquelle le 6ème congrès de l’Association Française de Sociologie entend réfléchir. Un thème tout à fait stimulant pour les chercheures et les chercheurs en sciences sociales qui travaillent sur le corps, les pratiques, les représentations et les discours dont il est l’objet et, tout particulièrement, la sexualité.

On ne peut penser la sexualité en-dehors de ses finalités ; elle a des fonctions diverses, y compris non sexuelles. Pour certains, la sexualité humaine doit être contenue dans l’exclusivité matrimoniale, l’hétérosexualité et la reproduction. C’est ce qui la distinguerait de la promiscuité de la sexualité animale. Et en même temps, ces tentatives de domestication, en rabattant la sexualité sur la seule sexualité hétérosexuelle et reproductive, mobilisent paradoxalement un discours qui fonde la sexualité sur la nature. La sexualité peut aussi être l’objet de considérations qui dépassent la seule dimension subjective ou inter-individuelle. Elle est bien entendu au centre d’enjeux politiques. Les polémiques qui ont agité la France récemment concernant l’accès des couples de même sexe au mariage et à la filiation en sont un exemple. Mais il y en a d’autres, qui révèlent l’intrication de la sexualité avec d’autres dimensions de l’expérience subjective et sociale : les conditions auxquelles les personnes trans peuvent obtenir le changement de la mention de leur sexe à l’Etat-civil, leur accès à l’assistance à la reproduction, les attaques contre les travaux sur le genre…

Se demander ce qui, dans la sexualité, est déterminé par la nature a conduit à considérer qu’elle ne se limitait pas à la seule matérialité des pratiques corporelles. Ce qui amène nécessairement à se poser la question de savoir où commence et où finit la sexualité. Qui intervient pour la définir ? Quelle expertise est requise pour définir / limiter / réduire la sexualité ? Quelles procédures sont mobilisées pour intervenir sur la sexualité, la contraindre ou la contrarier ? Comment les individus intègrent, transforment, ou produisent-ils eux-mêmes une définition de la sexualité dans un contexte ou celle-ci est l’objet de discours savants, politiques, et militants? Nous encourageons les propositions de communications qui abordent la nature de la sexualité ; ce qu’elle implique mais aussi sur les interventions qu’elles suscitent. Enfin les conséquences de cette assignation de la sexualité mériteraient d’être éclairées.

Ces quelques pistes de recherches n’en excluent pas d’autres, et toute proposition mobilisant les outils des sciences sociales de la sexualité est bienvenue.

Les propositions devront préciser les concepts utilisés et les matériaux empiriques mobilisés.

Les propositions de communications devront indiquer :

  • –  Nom et Prénom
  • –  Statut et Institution de rattachement
  • –  Adresse de courriel
  • –  Titre de la communication
  • –  Une version résumée, strictement limitée à 1500 signes (qui sera publiée dans le livre desrésumés)
  • –  Une version longue (recommandée), limitée à 7500 signes, et qui indiquera l’objet de larecherche présentée, le stade actuel du travail, des éléments conceptuels et problématiques, la description des éléments empiriques mobilisés (personnes interrogées, observations, corpus…), et principaux résultats, même provisoires.

    Les fichiers seront enregistrés au format word et devront être expédiés aux adresses de Jérôme

Courduriès, Virginie de Luca Barrusse (jerome.courduries@univ-tlse2.fr, virginie.barrusse@univ-paris1.fr).

Ils devront être enregistrés sous la forme suivante : nom prénom-Afs 2015.doc La date limite d’envoi des propositions est fixée au 25 février 2015.
Les réponses aux propositions reçues seront délivrées à partir du 15 mars 2015.

Une proposition acceptée pour le congrès sera effectivement prise en compte dès lors que les communicants auront satisfait aux exigences de l’AFS en adhérant à l’Association Française de Sociologie (ou en s’assurant que leur adhésion est à jour), en s’inscrivant au congrès et en déposant leurs résumés sur le site de l’AFS. Cette responsabilité incombera aux auteurs.

Le colloque se déroulera du 29 juin au 2 juillet inclus, à l’Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines. Tous les renseignements pratiques seront mis en ligne progressivement sur le site de l’Association Française de Sociologie.
Nous nous tenons à votre disposition pour tous renseignements.

Pour le bureau du RT 28,
Jérôme Courduriès et Virginie de Luca Barrusse

Composition du bureau du RT 28 : Emmanuelle Beaubatie, Michel Bozon, Pierre Brasseur, Laurie Chambon, Jérôme Courduriès, Virginie de Luca Barrusse,
Massimo Prearo, Wilfried Rault, Régis Schlagdenhauffen, Michael Stambolis- Ruhstorfer, Mathieu Trachman