AAC « Hégémonie » – Revue Genre, sexualité, société

Appel à contribution
Revue Genre, sexualité et société, n°13, printemps 2015 : « Hégémonie »
Sous la direction de Mélanie Gourarier, Gianfranco Rebucini et Florian Voros
La sociologie des masculinités (Connell, 2014), ainsi que certains travaux d’anthropologie (Ortner, 1989) et de cultural studies(Craig, 1992), ont mobilisé le concept d’hégémonie pour analyser les rapports de genre, générant de nouveaux outils critiques tels que la « masculinité hégémonique » (Connell, Messerchmidt, 2005). Le sens de la formule « hégémonie hétérosexuelle » (Butler, 2005) au sein de la théorie queer semble en revanche être resté assez lâche. À la faveur du regain d’intérêt actuel pour la conceptualisation gramscienne de l’hégémonie (Thomas, 2009 ; Gramsci, 2011) et ses relectures post-structuralistes, féministes et postcoloniales (Said, 1980 ; Spivak, 2006 ; Hall, 2007, 2013), ce numéro de GSS souhaite réunir des contributions qui explorent et déploient les potentialités du concept d’hégémonie dans les études de genre et de sexualité. Quelle est la plus-value de ce concept par rapport à d’autres conceptualisations des rapports de genre et de sexualité ? Trois axes de réflexion sont proposés :
1) La dimension historique et dynamique de l’ordre social.
Fondé sur une théorie de la transformation historique, le concept d’hégémonie constitue une alternative aux approches en termes de reproduction sociale et ouvre à une conception non essentialiste et dynamique des rapports de pouvoir. L’intérêt de cette démarche est qu’elle permet d’historiciser l’ordre du genre et des sexualités pour saisir des processus simultanés de marginalisation, de subordination et de légitimation. Il s’agit alors d’interroger les temporalités de l’hégémonie. Comment se succèdent des modèles de genre et de sexualité hégémoniques ? Comment l’ordre du genre et des sexualités se reconfigure-t-il à partir des résistances qui lui sont opposées ? Pour répondre à ces questions, deux voies peuvent être explorées :
– Il s’agit d’abord d’étudier l’historicité des modèles hégémoniques de genre et de sexualité. Envisagée sur le mode de l’« invention », l’hétérosexualité sort de l’état de nature pour apparaître comme un nouveau régime historique d’organisation et de hiérarchisation des sexualités (Katz, 2001). Les modèles de masculinité ont une histoire (Sohn, 2009 ; Courtine et al., 2011) et se reconfigurent en lien avec des processus historiques plus larges, tels que la colonisation, l’impérialisme, la construction de l’Etat-nation ou la mondialisation néolibérale (Connell, Gourarier, Rebucini, Voros, 2013). Nous sollicitons des analyses de ces transformations historiques dans les domaines du travail, de l’éducation, du sport, de la famille, de la médecine, de la science, des arts ou encore des industries culturelles et créatives.
– Le thème de la crise permet ensuite d’aborder la question de l’instabilité de l’hégémonie et de sa possible subversion. La crise peut d’abord être envisagée comme le mode de fonctionnement ordinaire de modèles hégémoniques de genre et de sexualité traversés par des contradictions internes (Dorlin, 2005). La crise peut ensuite désigner un bouleversement majeur de l’ordre social : quels sont les effets des guerres, des révolutions et des crises économiques sur la transformation de l’ordre du genre et des sexualités (Mosse, 1997) ? La crise peut ensuite être une rhétorique – on pense notamment aux discours contemporains ou plus anciens sur la « crise des masculinités » – qui participe à la régénération des positions de pouvoir et des modèles hégémoniques.
2) Penser ensemble les dimensions matérielles et idéelles.
Le concept gramscien permet un dépassement aussi bien du réductionnisme économique du modèle « base matérielle / superstructure » que des approches isolant les idéologies de leurs conditions matérielles de production.
– En pensant le rapport entre rapports de production et idéologies en termes de « détermination mutuelle » (Hall, 1996), lescultural studies ouvrent la voie à l’analyse de la relation dynamique entre les groupes économiquement dominants et les discours dominants sur le genre et la sexualité. Une première voie consiste à étudier la politique des représentations (Quemener, 2014) qui traverse les cultures médiatiques aussi bien populaires qu’institutionnelles, du cinéma aux séries télévisées, des manuels scolaires aux magazines de mode, des expositions muséales aux plateformes de vidéos en ligne. Dans un contexte de controverses intenses autour du « mariage pour tous » et de la « théorie du genre », une deuxième voie consiste à appréhender la sphère publique, dans sa dimension plurielle et conflictuelle (Fraser, 2001), comme arène de lutte pour la définition de la réalité, de la fabrication de l’opinion publique et de la formation des identités.
– La volonté de ne pas séparer les dimensions idéelles et matérielles des rapports sociaux de sexe est constitutive de l’analyse féministe matérialiste de la division sexuelle du travail (Delphy, 1982). Les débats récents autour du « tournant matérialiste » dans la théorie queer (Cervulle, Rees-Roberts, 2011) et du « nouveau matérialisme » dans l’épistémologie féministe des sciences (Ahmed, 2008) portent de même sur l’articulation des dimensions idéelles et matérielles du genre et de la sexualité. Dans le premier cas, le concept d’hégémonie peut être un outil pour l’analyse des dimensions économiques de l’hétéronormativité et de l’homonormativité (Duggan, 2003) et plus largement du façonnement des subjectivités sexuelles par des modes de production capitalistes en transformation (Floyd, 2013). Dans le second cas, cela ouvre, au-delà des approches strictement discursives, à une réflexion sur la matérialité des corps et sur l’incorporation de l’hégémonie. Les contributions s’intéresseront ici à la façon dont l’hégémonie traverse et modèle les corps, en prêtant une attention particulière aux contradictions internes et aux résistances sourdes qui saturent les processus de subjectivation.
3) Des processus multiples et interdépendants.
– L’hégémonie paraît efficace pour penser ensemble des catégories et des niveaux d’analyses trop souvent isolés ou opposés. Elle éclaire comment les différents rapports sociaux sont produits de manière antagonique et dynamique. Si les positions et les identités dominantes sont toujours contestées par des formations sociales subalternes, en quoi le concept d’hégémonie permet-il de concevoir les rapports de pouvoir traversant les différents groupes sociaux ?
– Les réappropriations, altérations et détournements des modèles masculins hétérnormatifs dans les subcultures trans’, lesbiennes et gaies constitue un premier vecteur de changement à étudier : comment les pratiques et les discours subalternes participent-ils à l’élaboration de masculinités alternatives ? Dans quelle mesure ces pratiques et ces discours ne reconduisent-ils pas simultanément des normes et des hiérarchies de genre, de race et de classe ? Les reconfigurations de l’hégémonie face aux résistances qui lui sont opposées constitue ainsi une autre dimension de ce changement.
– Les positions hégémoniques sont le fruit d’une articulation complexe entre différents rapports sociaux.  Dans les divers contextes sociaux, la masculinité hégémonique est produite par la dynamique des rapports de genre, de classe, de race, de sexualité et d’âge (entre autres). Si Raewyn Connell (2014) a formulé le concept de masculinité hégémonique pour penser ensemble les masculinités subordonnées, marginalisées, de protestation et complices, elle a aussi introduit l’idée de positions masculines dominantes à différentes échelles analytiques. En ce sens, il est possible de concevoir une pluralité de masculinités localement hégémoniques, dont certaines, prises dans une analyse à une échelle plus large comme dans un cadre national, seraient des masculinités subordonnées ou de protestation.
– En poursuivant ce jeu d’échelle et en remettant au centre la question de la sexualité on pourra se demander comment le colonialisme (Stoler 2013), l’impérialisme (Massad 2007), les nationalismes (Puar 2007) et les phénomènes transnationaux et de globalisation (Connell 1998) produisent une multiplicité de modèles hégémoniques, qui peuvent traverser une même société, un même groupe social ou culturel, voire une même trajectoire ou expérience individuelle.
– Cela invite à penser la place des rapports de genre et de sexualité dans la production de modèles hégémoniques dans les institutions politiques à l’échelle nationale, transnationale ou internationale. À travers le concept d’hégémonie, on examinera la manière dont les institutions sont façonnées par un ordre du genre et de la sexualité spécifiques. La masculinité hégémonique et l’hétérosexualité peuvent-elles être des points d’entrée heuristiques pour penser l’hégémonie politique, économique et culturelle ?
Ces axes de réflexion ne sont ni mutuellement exclusifs ni exhaustifs. Nous sollicitons des contributions aussi bien théoriques qu’empiriques, issues de toute discipline des sciences humaines et sociales, qui mobilisent le concept d’hégémonie pour penser le genre et la sexualité.
Les propositions d’articles, d’environ 5000 signes, incluent un titre, une présentation de l’article, les objets et les méthodes, ainsi que les nom, prénom, statut, rattachement institutionnel et email de l’auteur-e. Elles doivent être envoyées pour le 1er juin 2014 au plus tard à Mélanie Gourarier (melanie.gourarier@yahoo.fr), Gianfranco Rebucini (gianfranco.rebucini@gmail.com), Florian Voros (florian.voros@gmail.com) et au comité de rédaction (gss@revues.org). Les auteur-e-s seront avisé-e-s par mail des propositions retenues au cours du mois de juin. Les articles devront être envoyés le 30 septembre 2014 au plus tard. Selon la charte déontologique de la revue, chaque article fera l’objet d’une évaluation anonyme. À noter donc que l’acceptation de la proposition ne signifie pas acceptation automatique de l’article.

AAC « Sexualités : des lieux et des liens »

Troisième biennale Masculins / Féminins

Jeudi 15 mai 2014

MSH – Université d’Angers 
Angers, France (49)

La 3e biennale Masculins / Féminins, organisée par l’UMR 6590 ESO à l’université d’Angers les 16 et 17 décembre 2014, se propose d’aller au-delà de la question du genre, aujourd’hui abondamment traitée et de donner à voir et à comprendre les travaux sur un objet scientifique encore trop marginal dans le domaine des sciences humaines et sociales en général et dans la géographie en particulier, surtout en France, celui des sexualités.

Alors que les deux premières biennales ont été principalement consacrées à la question du genre, il semble opportun, avec la 3e biennale Masculins/Féminins, organisée par l’UMR 6590 ESO à l’université d’Angers les 16 et 17 décembre 2014, de resserrer les questionnements sur un objet scientifique encore trop peu traité en France par les sciences humaines et sociales en général et la géographie en particulier, celui des sexualités.

En effet, lors de la seconde biennale notamment, organisée à Grenoble en 2012, de nombreuses présentations ont mis en évidence la perpétuation des effets de domination de genre et le rôle premier joué par l’hétéronormativité dans l’accès de tous à l’espace et à ses ressources et à la possibilité de se déplacer à différentes échelles. Ces différents résultats ont montré l’importance de questionner les rapports entre espace et sexualités de la manière la plus complète qui soit.

Si la sexualité est partout et tout le temps, relevant autant de l’extime que de l’intime, du politique que du biologique, elle n’est le plus souvent étudiée que sous l’angle de la norme et de la déviance. Pourtant, philosophes, psychanalystes, sociologues, historiens ont depuis de nombreuses années montré le caractère essentiel de l’expression sexuelle dans la construction des réalités sociales. Et si toutes les sociétés ont produit des formes de coercition du plaisir, car s’il n’y a pas de société sans sexualités, il n’y a pas de société sans contrôle de celles-ci, il reste largement à étudier les modalités que ces formes prennent aujourd’hui (mariage, hétéronormativité, domination masculine, discriminations diverses, etc.).

Force est de constater que la recherche, notamment en géographie, s’est assez peu intéressée jusqu’à présent aux comportements et aux différences sexuels dans leur rôle explicatif, surtout si l’on compare aux indicateurs plus « classiques » (sociaux, démographiques, économiques, etc.). Bien qu’on note une incontestable et très encourageante évolution depuis quelques années, les connaissances demeurent lacunaires sur les sexualités dans leur rapport à l’espace, et pas seulement dans les pays du Sud où l’information est souvent manquante. Elles restent encore très corrélées aux réflexions sur les discriminations, les violences et les déviances, alors qu’une lecture scientifique désengagée des idéologies normatives permettrait certainement d’analyser efficacement les résistances collectives aux diversités sexuelles. Par ailleurs, nous sommes fortement convaincus que l’espace et les lieux comptent pour expliquer les comportements sexuels et la fabrique des identités sexuelles, et leur évolution permanente.

C’est pourquoi, le moment semble propice pour organiser un événement scientifique majeur qui vienne corriger les visions dominantes de l’espace, notamment urbain, s’attaquer aux lieux communs, et qui rende davantage visibles les recherches menées, ici ou ailleurs, par les chercheur.e.s confirmée.e.s comme par les plus jeunes, sur les relations entre sexualités et espace, ce qui constituera le premier rendez-vous important sur ce thème dans la géographie française. Ce colloque international qui articulera séances plénières et ateliers, a plusieurs objectifs : contribuer à la reconnaissance scientifique, nationale comme internationale, des études sur les sexualités en France et montrer leur diversité, faciliter la coordination institutionnelle de ces recherches et engager de nouvelles coopérations, promouvoir et rendre visibles l’apparition de nouvelles thématiques ainsi que les approches transversales au sein des sciences humaines et sociales.

Le présent appel à communication ne s’adresse donc pas seulement aux géographes, mais aussi à l’ensemble des chercheur.e.s intéressé.e.s par la relation entre les sexualités et l’espace : sociologues, urbanistes, architectes, historiens, psychologues, anthropologues, économistes, politistes, etc. Les contributions pourront soit proposer des études de cas, soit prendre la forme de réflexions théoriques et conceptuelles, soit insister sur des apports méthodologiques, compte tenu de la complexité des faits à appréhender. Nous invitons fortement les jeunes chercheur.e.s et doctorant.e.s à proposer des communications, posters, films et/ou performances diverses. Sont particulièrement attendus des questionnements sur les inégalités et les discriminations, les normes et les interdits, notamment dans une approche intersectionnelle, mais aussi des réflexions plus théoriques sur le désir et le plaisir par exemple, les raisons de leur contrôle et leurs rôles sociaux majeurs.

Axes thématiques

Plusieurs pistes peuvent être proposées sans qu’elles soient exclusives :

  • Sexualités, normes et interdits : territorialisation par le haut, rapport aux acteurs institutionnels, sexualités et contextes culturels et religieux, politiques urbaines en matière de sexualités, rôle des dispositifs spatiaux légitimes et contrôle de l’espace public, invisibilisation des « dominés », place de la « déviance » dans la ville, etc.
  • Sexualités et justice spatiale : spatialité des rapports sociaux de sexe et domination masculine, négociation avec les normes et l’espace des « autres », droit à la centralité et à la visibilité pour tous, migrations résidentielles en lien avec la sexualité, identités sexuelles et mobilité, prime à la grande ville, etc.
  • Sexualités et appropriation de l’espace public : territorialisation par le bas et production collective de lieux éphémères, modalités de constitution d’un capital spatial, érotisation de l’espace et géographie labile des plaisirs, transgression de l’usage commun de l’espace public (drague, dénudation, interactions sexuelles anonymes, libertinage, etc.), pratiques spatiales nomades et/ou réticulaires, etc.
  • Sexualités et « ailleurs »: rapports postcoloniaux et de domination Nord/Sud, mondialisation et homogénéisation des pratiques et représentations sexuelles (hybridation du global et du local), recherche du « paradis perdu » (voyages de noces, tourisme de romance, tourisme gay, spring break, etc.) et fabrication des hétérotopies sexuelles, exotisation, colonisation et érotisation de l’« autre » et de son corps, homonationalisme, etc.
  • Sexualités et violence physique ou symbolique : phobies liées aux sexualités, trafics liés à la commercialisation des corps et de la sexualité, harcèlement et violence sexuels, prostitution forcée, viol comme arme de guerre, tourisme sexuel, mariages forcées et polygamie, spatialité des IST/MST et stigmatisation des malades, etc.
  • Sexualités et innovations : impact spatial des nouveaux modèles d’alliance (pacs, mariage pour tous, nouvelles formes de relations amoureuses et sexuelles, etc.) et technologiques (nouvelle socialisation, nouveaux imaginaires sexuels, modification du rapport à l’espace avec la géolocalisation, nouvelle manière de faire des rencontres avec les sites Internet, cybersexe, etc.)

Modalités d’envoi des propositions

http://biennalemasfem3.sciencesconf.org

Vous devez posséder ou créer un compte pour déposer votre proposition.

Format des propositions de communication : résumé de 2000 à 3000 signes (pas de bibliographie) ; brève présentation du ou des intervenant.e.s mentionnant leur rattachement institutionnel éventuel et leurs coordonnées.

Format des posters : résumé de 1000 signes environ de la problématique ; brève présentation du ou des auteur.e.s mentionnant leur rattachement institutionnel éventuel et leurs coordonnées.

Format des communications : texte de 30000 signes maximum hors figures.

Date limite de soumission des propositions : 15 mai 2014, sur cette plate-forme (onglet « Dépôts » dans « Mon espace »)

Date limite d’envoi des textes : 1er novembre 2014, sur cette plate-forme (onglet « Dépôts » dans « Mon espace »)

Responsable scientifique : Stéphane Leroy, professeur de géographie, UMR CNRS 6590 ESO, Angers mail : stephane.leroy@univ-angers.fr

AAC « Sexualité(e)s et enfermements »

Appel à communications :

Journée d’études « Sexualité(e)s et enfermements »

Vendredi 12 décembre 2014, Université Lille 1

 Cette journée d’études est une action du projet SEXENFER, coordonné par Gwénola Ricordeau et Régis Schlagdenhauffen. Elle est soutenue par l’Université de Lille 1, le Clersé (UMR 8019) et le laboratoire Lise (UMR 3320, Cnam/CNRS)

Contexte et enjeux :

Il a souvent été rapporté que les pratiques, les normes, ainsi que les représentations de la sexualité dans un univers fermé diffèrent de celles du reste de la société. Cette observation s’expliquerait par l’organisation de l’espace, la culture propre aux enfermé.e.s et les usages institutionnels qui contrôlent, réduisent ou interdisent les contacts entre les personnes enfermées avec les personnes extérieures.

Les individus vivant des situations d’enfermement physiques tels que dans les prisons, les camps d’internement et de concentration, les centres de rétention et les zones d’attente pour réfugié.e.s et demandeur.e.s d’asile, parfois pour une durée indéterminée, sont obligés de négocier la sexualité avec les détenteurs du pouvoir, mais aussi avec leurs « camarades d’infortune ».

Dans d’autres cas, l’enfermement peut se manifester de manière plus diffuse, notamment dans des institutions spécialisées (telles que les hôpitaux, maisons de retraite, internats, couvents, gated communities, etc.) posant la question de la « clôture » et par-delà celle de la perméabilité des relations sociales et sexuelles entre un « dedans » et un« dehors ».

L’avènement des études sur le genre, en France, a permis celui des travaux sur la sexualité. Ceux-ci demeurent néanmoins relativement limités dans le champ d’étude des lieux d’enfermement, que ceux-ci soient physiques ou symboliques.

Notre appel à communications suggère d’investiguer les relations entre enfermement et sexualités, au prisme des études sur le genre, et de questionner les frontières entre dehors et dedans.

 

Questionnement scientifique :

Les communications pourront notamment porter sur les cinq domaines suivants :

 1.             Histoire et pratiques de la non-mixité

Les pratiques de séparation des personnels et des personnes enfermées selon le sexe ; les personnels ou « extérieurs »de sexe opposé intervenant dans des lieux d’enfermement non-mixtes ; les discours sur les risques entrainés par la mixité…

2.             Politiques et organisation de la sexualité

Organisation et répression de la sexualité ; mise en place d’aménagements de type « parloirs sexuels », chambres d’intimité ou d’amour ; mobilisations collectives légitimant un droit à la sexualité dans des institutions fermées.

 3.             La frontière dedans/dehors

Corps enfermant, corps enfermé ; adaptation et substitution des pratiques ; stratégies de transgression des normes institutionnelles, etc.

 4.             Pratiques, représentations et discours

Récits de personnes enfermées et de leur sexualité ; représentation des personnes enfermées dans les productions culturelles (théâtre, cinéma, littérature) ? Réception des représentations ?

 5.             Questions méthodologiques

Comment enquêter sur les sexualités dans les lieux d’enfermement ? Comment s’articulent ou se confortent les contraintes des enquêtes sur les sexualités et celles des enquêtes dans/sur les lieux d’enfermement ?

Modalités :

Cet appel à communications s’adresse en particulier aux chercheur.e.s travaillant en sciences sociales, histoire et littérature, mais il reste ouvert aux autres approches disciplinaires. Il n’est pas restrictif quant aux périodes historiques, ni aux aires géographiques étudiées.

Les propositions de communication des doctorant-e-s et des jeunes chercheur-e-s sont fermement encouragées.

Les propositions de communication (3 000 signes maximum, en indiquant un titre, votre statut et votre institution de rattachement) doivent être adressées par email avant le 30 juin 2014 aux adresses suivantes :regis.schlagdenhauffen@ehess.fr / gwenola.ricordeau@univ-lille1.fr

Les réponses seront transmises courant juillet 2014.

 Comité d’organisation :

Régis Schlagdenhauffen & Gwenola Ricordeau