Economie et sexualité (2)

par Pierre Brasseur (RT 28 « Recherches en sciences sociales sur la sexualité ») et Jean Finez (RT12 « Sociologie économique »)

« Lu sur le web » a pour objectif de présenter de manière souple des matériaux disponibles sur le web et en lien avec la sociologie économique. Cette nouvelle recension de Pierre Brasseur (RT28) et Jean Finez (RT12) fait le point sur quelques travaux récents consacrés aux relations entre l’économie et la sexualité. Elle actualise la recension précédente sur la même thématique. Continuer la lecture de Economie et sexualité (2)

John Gagnon (1931-2016): in memoriam

Alain Giami rend hommage à John Gagnon

 

John Gagnon

J’ai rencontré John Gagnon à l’Université de Stony Brook, dans la banlieue de New York, en 1989, au moment même où, en France, un projet d’enquête nationale sur les comportements sexuels était en pleine phase d’élaboration [1]. Continuer la lecture de John Gagnon (1931-2016): in memoriam

Rappel: Congrès AFS 2015: Programme du RT 28 mis à jour

Congrès AFS 2015 « La sociologie, une science contre nature ? » / Université Versailles St Quentin

Programme du RT 28 « Recherches en sciences sociales sur la sexualité »  Continuer la lecture de Rappel: Congrès AFS 2015: Programme du RT 28 mis à jour

Parution: Révolutions sexuelles

Alain Giami, Gert Hekma (dir.), Révolutions sexuelles, Paris, La Musardine, 2015.

Révolutions sexuelles Giami Hekma

Les révolutions sexuelles ont-elles existé ? Dans les années 1960-1980 des ruptures radicales ont eu lieu dans les comportements sexuels, les cadres sociaux et les imaginaires de la sexualité. De nouvelles libertés ont renforcé les droits des jeunes et des femmes, des gays et des lesbiennes.
Les gauches et certaines féministes ont parfois dénoncé le consumérisme sexuel et le renforcement du sexisme, pendant que les conservateurs critiquaient un individualisme débridé et la disparition des valeurs traditionnelles. La réalité même des révolutions sexuelles a été mise en cause. Ces mouvements ont coïncidé avec des bouleversements majeurs dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la médecine, des psychothérapies, de la justice, de la politique et de la religion.
Les textes réunis ici proposent de revenir sur ces événements et les changements qu’ils ont occasionnés dans le monde dit occidental (Europe, Union soviétique et États-Unis). Ils revisitent des thèmes toujours brûlants comme le droit à l’avortement, la contraception, la pornographie ou la pédophilie, et remettent en perspective les positions contemporaines sur ces questions. L’ouvrage rouvre ces discussions tout en fournissant des éclairages sur les enjeux actuels des sexualités et du genre.

Sommaire

Avant-propos, Alain Giami et Gert Hekma

REPENSER LES RÉVOLUTIONS SEXUELLES

  • Révolutions ou évolutions sexuelles ? Les termes du débat, Alain Giami et Gert Hekm
  • La libération sexuelle des femmes : avortement, églises, handicap, Dagmar Herzog
  • Homosexualité, pédophilie, militantisme gay et lesbien, David Paternotte

SITUATIONS EN FRANCE

  • La renaissance de la sexologie française à la fin des années 1950 : les prémisses de la révolution sexuelle ?, Sylvie Chaperon
  • L’ambivalente émancipation sexuelle de Daniel Guérin, Rostom Mesli
  • Les thérapies de la libération sexuelle en France : entre politique et psychologie, Alain Giami
  • Le mouvement de libération gay (1960-1990), Michael Sibalis
  • Révolution ou libération sexuelle des Françaises ?, Janine Mossuz-Lavau

HISTOIRES NATIONALES

  • Déclin et permanence des normes puritaines (Pays-Bas), Gert Hekma
  • La révolution sexuelle en URSS : des changements dynamiques sous la glace, Dan Healey
  • La pornographie, la perversité et la révolution sexuelle, Jeffrey Escoffier
  • Catholicisme et évolution des mœurs sexuelles dans la Flandre belge, Wannes Dupont
  • Révolution(s) sexuelle(s) en Grande-Bretagne, Matt Cook
  • Bibliographie complémentaire
  • Notes biographiques sur les auteurs

Plus d’informations sur le site de l’éditeur ici

Economie et sexualité

par Pierre Brasseur (RT 28 « recherches en sciences sociales sur la sexualité ») et Jean Finez (RT 12)

Les chercheurs en sciences sociales, notamment en France, portent un intérêt croissant à la question « sexuelle » en lien avec ses dimensions économiques. Un colloque intitulé Borderline, les économies du sexe organisé en décembre 2014 au Centre Pompidou témoigne de l’attention accordée à cet objet à la croisée de la sociologie économique et du travail et de la sociologie de la sexualité et du genre. Cet engouement se traduit notamment dans l’actualité de la notion d’échanges économico-sexuels, forgée par l’anthropologue Paola Tabet dans les années 1980.

En 2010, un colloque consacré aux transactions sexuelles a été organisé à Lausanne et à donné lieu depuis à une forte activité éditoriale. En 2012, la revue en ligne Sociologies a publié le dossier Transactions sexuellesau prisme des migrations. La revue Ethnologie française a par ailleurs consacré en 2013 un dossier au thème des sexualités négociées. Les nombreuses contributions de ce dossier s’intéressent principalement aux relations entre le sexe et l’économie. En introduction du dossier, Philippe Combessie et Sibylla Mayer proposent une revue de littérature historique des travaux scrutant la dimension économique des relations sexuelles.

Toujours en lien avec le colloque de Lausanne, la parution en novembre 2014 d’un livre en forme d’hommage critique au travail de P. Tabet. A travers une série d’études de terrain consacrées notamment aux maisons closes au Mali, au marché matrimonial international des Philippines, au tourisme sexuel en Thaïlande et aux clubs libertins parisiens, l’ouvrage collectif L’échange économico-sexuel (Éditions de l’EHESS) interroge les frontières complexes et mouvantes « qui séparent intérêts et sentiments, contraintes et plaisirs, égalité et domination ». Le site de l’éditeur permet d’accéder à l’introduction et au sommaire du livre. La revue en ligne Mouvements.info publie par ailleurs une longue recension rédigée par Morgane Merteuil, porte-parole du Syndicat du travail sexuel (STRASS). Enfin, les inrocks.com proposent une interview de Christophe Broqua et Catherine Deschamps qui ont dirigé l’ouvrage collectif.

Un numéro de la revue Regards croisés sur l’économie, paru en 2014, consacré aux économies souterraines, propose plusieurs articles sur des questions sexuelles, en particulier une contribution du sociologue Baptiste Coulmont sur « le petit commerce pornographie » dans les années 1960, du temps où une telle activité était interdite. Dans une approche plus historique, Clyde Plumauzille présente dans un article du numéro d’automne 2013 de Genre, sexualité et société une analyse du « marché aux putains » de Paris sous la Révolution française.

On peut également évoquer la publication récente d’un résumé du livre déjà classique d’Eva Illouz Les sentiments du capitalisme (Seuil, 2006). A noter par ailleurs, un compte-rendu de lecture sur La vie des idées consacré à Pourquoi l’amour fait mal (Seuil, 2012), ouvrage du même auteur ayant pour ambition de traiter des émotions de la même manière que Marx traite des marchandises.

Citons enfin la publication du livre Le travail pornographique de Mathieu Trachman (La Découverte, 2013). L’ouvrage a fait l’objet de plusieurs notes de lecture, notamment publiées sur le site Liens Socio, dans Sociologie du travail, ainsi que dans la désormais traditionnelle chronique bibliographique sur le genre de la Revue française de science politique. On peut aussi (ré)écouter en ligne l’émission La suite dans les idées, diffusée en janvier 2013 sur France Culture, au cours de laquelle l’auteur présente son travail.

>>> Lire le billet sur le site du Carnet du RT12 de l’Association Française de Sociologie – Sociologie économique

AAC: RT28 : 6ème Congrès de l’Association Française de Sociologie

6ème Congrès de l’Association Française de Sociologie (Saint-Quentin-en-Yvelines, 29 juin- 2 juillet 2015)

RT28 : Recherches en sciences sociales sur la sexualité Appel à communications

La sociologie : une science contre nature? Telle est la question sur laquelle le 6ème congrès de l’Association Française de Sociologie entend réfléchir. Un thème tout à fait stimulant pour les chercheures et les chercheurs en sciences sociales qui travaillent sur le corps, les pratiques, les représentations et les discours dont il est l’objet et, tout particulièrement, la sexualité.

On ne peut penser la sexualité en-dehors de ses finalités ; elle a des fonctions diverses, y compris non sexuelles. Pour certains, la sexualité humaine doit être contenue dans l’exclusivité matrimoniale, l’hétérosexualité et la reproduction. C’est ce qui la distinguerait de la promiscuité de la sexualité animale. Et en même temps, ces tentatives de domestication, en rabattant la sexualité sur la seule sexualité hétérosexuelle et reproductive, mobilisent paradoxalement un discours qui fonde la sexualité sur la nature. La sexualité peut aussi être l’objet de considérations qui dépassent la seule dimension subjective ou inter-individuelle. Elle est bien entendu au centre d’enjeux politiques. Les polémiques qui ont agité la France récemment concernant l’accès des couples de même sexe au mariage et à la filiation en sont un exemple. Mais il y en a d’autres, qui révèlent l’intrication de la sexualité avec d’autres dimensions de l’expérience subjective et sociale : les conditions auxquelles les personnes trans peuvent obtenir le changement de la mention de leur sexe à l’Etat-civil, leur accès à l’assistance à la reproduction, les attaques contre les travaux sur le genre…

Se demander ce qui, dans la sexualité, est déterminé par la nature a conduit à considérer qu’elle ne se limitait pas à la seule matérialité des pratiques corporelles. Ce qui amène nécessairement à se poser la question de savoir où commence et où finit la sexualité. Qui intervient pour la définir ? Quelle expertise est requise pour définir / limiter / réduire la sexualité ? Quelles procédures sont mobilisées pour intervenir sur la sexualité, la contraindre ou la contrarier ? Comment les individus intègrent, transforment, ou produisent-ils eux-mêmes une définition de la sexualité dans un contexte ou celle-ci est l’objet de discours savants, politiques, et militants? Nous encourageons les propositions de communications qui abordent la nature de la sexualité ; ce qu’elle implique mais aussi sur les interventions qu’elles suscitent. Enfin les conséquences de cette assignation de la sexualité mériteraient d’être éclairées.

Ces quelques pistes de recherches n’en excluent pas d’autres, et toute proposition mobilisant les outils des sciences sociales de la sexualité est bienvenue.

Les propositions devront préciser les concepts utilisés et les matériaux empiriques mobilisés.

Les propositions de communications devront indiquer :

  • –  Nom et Prénom
  • –  Statut et Institution de rattachement
  • –  Adresse de courriel
  • –  Titre de la communication
  • –  Une version résumée, strictement limitée à 1500 signes (qui sera publiée dans le livre desrésumés)
  • –  Une version longue (recommandée), limitée à 7500 signes, et qui indiquera l’objet de larecherche présentée, le stade actuel du travail, des éléments conceptuels et problématiques, la description des éléments empiriques mobilisés (personnes interrogées, observations, corpus…), et principaux résultats, même provisoires.

    Les fichiers seront enregistrés au format word et devront être expédiés aux adresses de Jérôme

Courduriès, Virginie de Luca Barrusse (jerome.courduries@univ-tlse2.fr, virginie.barrusse@univ-paris1.fr).

Ils devront être enregistrés sous la forme suivante : nom prénom-Afs 2015.doc La date limite d’envoi des propositions est fixée au 25 février 2015.
Les réponses aux propositions reçues seront délivrées à partir du 15 mars 2015.

Une proposition acceptée pour le congrès sera effectivement prise en compte dès lors que les communicants auront satisfait aux exigences de l’AFS en adhérant à l’Association Française de Sociologie (ou en s’assurant que leur adhésion est à jour), en s’inscrivant au congrès et en déposant leurs résumés sur le site de l’AFS. Cette responsabilité incombera aux auteurs.

Le colloque se déroulera du 29 juin au 2 juillet inclus, à l’Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines. Tous les renseignements pratiques seront mis en ligne progressivement sur le site de l’Association Française de Sociologie.
Nous nous tenons à votre disposition pour tous renseignements.

Pour le bureau du RT 28,
Jérôme Courduriès et Virginie de Luca Barrusse

Composition du bureau du RT 28 : Emmanuelle Beaubatie, Michel Bozon, Pierre Brasseur, Laurie Chambon, Jérôme Courduriès, Virginie de Luca Barrusse,
Massimo Prearo, Wilfried Rault, Régis Schlagdenhauffen, Michael Stambolis- Ruhstorfer, Mathieu Trachman

AAC > 1st Non-Monogamies and Contemporary Intimacies Conference

Academic Call for Contributions

Research in sociology, psychology, anthropology and contemporary history has shown that traditional concepts and practices regarding marriage, family, sexuality, and intimacy have been changing rapidly in recent decades. There have been radical revisions of thinking and practice not only related to sexuality but also involving gender roles, single-parenthood, family structures, contraception, abortion, and divorce. Many of these areas have been linked to transformations in broader social, economic and political constructs, such as same-sex marriage.

These changes are faced with mainstream negative representations of non-monogamy which describe it as “infidelity”, “serial monogamy”, or “failures” of the “normal” pattern of intimacy. Such perspectives assign a privileged role to the idealized couple, portrayed as intrinsically better. The dominant academic paradigm legitimates and strengthens monogamy’s normativity. At the same time, academia frequently fails to acknowledge the existence of open, consensual non-couple-based forms of relationships, and of a-romantic and/or asexual intimacies. Moreover, even the limited existing research on consensual non-monogamies focuses mostly on English-speaking and socio-economically privileged white groups and communities.

The rise in critical discourses regarding normative sexualities and intimacies (and the ways in which these two elements interact) calls into question the traditional paradigm of lifestyles that have been at the core of the sex-gender system, as well as hetero-mono-normative institutions and practices in general.

Topics: With this conference, we intend to bring together research, activism and other forms of social expression, focusing on, but not limited to, the following :

  • Lived experiences of polyamory, swinging, open couples and other non-monogamies considered consensual;
  • Changes in concepts and representations of coupledom, and associated challenges;
  • Tensions and transformations in academic and common definitions and understandings of partnerships, friendships, kinship and other forms of connecting;
  • Specificities of cultural practices and values regarding transformations in contemporary intimacies in non-Anglo-American and/or non-Global North countries;
  • Intersections between non-monogamies/contemporary intimacies and race, sex-gender, sexual orientation, kink, class, culture, dis/ability, education;
  • Non-sexual and/or non-romantic relationships and emerging identities, such as asexuality and a-romanticism;
  • Histories, herstories, and queerstories of non-monogamies and contemporary intimacies, grounded in specific times and places;
  • Activism and community-building around non-monogamies;
  • Differences, overlaps, and intersections between consensual and non-consensual non-monogamies, and their power relationships;
  • Legal and fiscal implications and challenges around non-monogamies;
  • Transformations in the meanings and practices of coupledom;
  • The roles of technologies in transforming social relations and intimacies;
  • Discourses on the (e.g., genetic or evolutionary) naturalness of monogamy or of non-monogamy;
  • Intersections between non-monogamies and feminist theories, LGBT studies, gender and queer studies, post/decolonialism and other anti-oppressive strands;
  • Sex work, pornographies (mainstream or otherwise) and other capitalist-sexual crossovers within the broader field of intimacies;
  • (Public) health and non-monogamies;
  • Connections between religion and non-monogamies considered hegemonic;
  • New normativities and new resistances: polynormativity and relationship anarchy, neo-liberalism and political contestation;
  • Consensually non-monogamous intimacies and challenges in counseling and psychotherapy;
  • Representations of monogamies and/or non-monogamies in literature, art, cinema, television, photography, theatre, music, or other media.

Our goal is community-building within and beyond academia in all its fields and disciplines, challenging traditional models of the hegemonic Global North system of knowledge production. Therefore, we encourage the submission not only of academic papers and thematic panels, but also round-table discussions, film screenings and debates, installations, activist-driven reflections and other modalities.

Language & accessibility: For logistic reasons, the conference’s common language will be English, and abstracts must be submitted in English. If you wish so, you can also send us your abstract in another language, provided that you also submit it in English. It is highly recommended (but not mandatory) that presentations during the conference are in English. The venue is wheelchair-accessible. If you require a Sign Language interpreter, please contact us via email; unfortunately we cannot guarantee that this will be provided. There is more info on accessibility here.

To submit: Abstracts of up to 250 words for individual submissions and up to 500 words for panel submissions, by May 18th, using this platformBefore submitting, please read the instructions HERE. Any doubts or technical difficulties should be addressed to the following email: nmciconference@gmail.com

Parution: Le discours pornographique

Le Discours pornographique, de Marie-Anne Paveau, La Musardine, collection L’Attrape Corps.
400 pages, 18,50 €, sortie le 28 mai 2014

« Il est grand temps de parler de pornographie, sérieusement et librement, comme d’un véritable univers culturel à explorer. »  Continuer la lecture de Parution: Le discours pornographique