Economie et sexualité (2)

par Pierre Brasseur (RT 28 « Recherches en sciences sociales sur la sexualité ») et Jean Finez (RT12 « Sociologie économique »)

« Lu sur le web » a pour objectif de présenter de manière souple des matériaux disponibles sur le web et en lien avec la sociologie économique. Cette nouvelle recension de Pierre Brasseur (RT28) et Jean Finez (RT12) fait le point sur quelques travaux récents consacrés aux relations entre l’économie et la sexualité. Elle actualise la recension précédente sur la même thématique.

Un nouveaux compte-rendu du livre L’échange économico-sexuel (Paris, éditions de l’EHESS, 2014) dirigé par Christophe Broqua et Catherine Deschamps a été publié dans la revue en ligne Clio. Femmes, genre, histoire. Tout en soulignant l’intérêt réel de l’ouvrage, Milena Jaksic y pointe l’absence de réflexion autour du rôle de l’Etat. « Tout se passe comme si les échanges économico-sexuels flottaient dans un no man’s land de relations sociales affranchies de toute contrainte institutionnelle, de toute régulation étatique. » Toujours en rapport avec cet ouvrage, un colloque intitulé « Borderline, les économies du sexe : pornographie, prostitution » a été organisé en décembre 2014 à la Bibliothèque publique d’information du Centre Pompidou. A cette occasion, une table ronde (avec Catherine Deschamps, Philippe Combessie et Mathieu Trachman) fut consacrée aux échanges économico-sexuels : la vidéo a été récemment publiée sur YouTube.

Autre preuve que la question des relations entre économie et sexualité est au cœur des débats en sciences sociales, la revue Porn Studies vient de publier un numéro thématique sur le « travail pornographique » (special issue: Porn Labour, 3(2), 2016). Un article est en accès libre : « ‘A scene is just a marketing tool’: alternative income streams in porn’s gig economy ».

D’autres travaux, en français, sont à noter. La traduction de l’article « Ce qu’acheter veut dire. Désir, demande et commerce du sexe », par Elizabeth Bernstein et Françoise Wirth (Actes de la recherche en sciences sociales, 2013/3, numéro spécial consacré à la prostitution). Mais aussi le working paper d’Altaïr Despres « Au-delà du sexe et de l’argent. Transactions culturelles intimes en situation  touristique à Zanzibar » (working papers du CESSP, 2015/4) sur la sexualité transactionnelle dans le contexte Nord-Sud.

La prostitution fait donc l’objet de l’attention de nombreux chercheurs : il faut dire que l’actualité des derniers mois s’y prêtait. Les récents débats autour des clients de la prostitution ont inspiré le colloque international « Les échanges sexuels et leurs clients » à Paris-Ouest-Nanterre (14-16 juin 2016). Ce colloque proposait de réfléchir aux notions de « transactions sexuelles » et de « sexualités négociées » en partant de la figure du client, figure jusqu’alors peu considérée, alors que les débats politiques récents autour des lois sur la prostitution l’ont remise sur le devant de la scène. Une thématique a le vent en poupe : celle du rôle des nouvelles technologies, avec une communication sur la vente des fluides corporels sur Internet (Maxime Bello), une autre portant sur les clients de la prostitution masculine sur Internet (Vincent Rubio) et une troisième sur la gestion de la relation avec les clients dans la pornographie en ligne (Kim-Marlène Lé).

Toujours sur la prostitution, on notera la publication du livre de Marina França Sexualité et affects dans la prostitution : Regards croisés sur le Brésil et le Bois de Boulogne (Paris, L’Harmattan, 2016), dont un chapitre est spécifiquement dédié aux questions économiques. On peut lire les premières pages du livre sur Google Books.

Sur un autre sujet, on consultera avec attention le carnet Hypothèses de Claire-Lise Gaillard, qui réalise une thèse d’histoire sur le marché de la rencontre entre 1850-1950. Pour en savoir plus sur ses travaux, et notamment sur les aspects méthodologiques, on peut lire une interview de la chercheuse sur le site Gallica (Bibliothèque nationale de France) et une autre dans l’émission La fabrique de l’histoire (France culture).

En conclusion, rappelons que les sociologues ne sont pas les seuls à s’intéresser aux questions d’économie et de sexualité. Un article de vulgarisation du magazine Sciences humaines fait utilement le tour des principaux travaux économiques consacrés au sexe.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *