john gagnon

John Gagnon (1931-2016): in memoriam

Alain Giami rend hommage à John Gagnon

 

John Gagnon

J’ai rencontré John Gagnon à l’Université de Stony Brook, dans la banlieue de New York, en 1989, au moment même où, en France, un projet d’enquête nationale sur les comportements sexuels était en pleine phase d’élaboration [1].
Gagnon était de son côté engagé dans la préparation de l’enquête nationale américaine sur « la santé et les styles de vie » avec l’équipe de l’Université de Chicago comprenant Ed Laumann, spécialiste de la théorie des réseaux sociaux, Bob Michael, un socio-économiste évoluant dans le champ de la théorie de l’action rationnelle, et Stuart Michaels, sociologue et statisticien très impliqué dans les études gay. À cette époque, je commençais à découvrir les enquêtes statistiques sur les comportements sexuels en population générale et je doutais de leur intérêt pour produire de la connaissance intéressante. Ma rencontre avec Gagnon m’a permis de comprendre l’intérêt relatif de ces enquêtes, mais j’ai aussi compris que ces enquêtes constituaient un objet d’étude en soi, un phénomène social à comprendre, surtout dans un contexte historique où l’on produit sans arrêt des chiffres sur le sexe au point de constituer un des « régimes de vérité » de la sexualité. L’histoire de ces enquêtes montre bien qu’on ne se pose pas les mêmes questions sur la sexualité suivant les époques et les contextes historiques et que, à la limite, on n’y aborde pas les mêmes sujets. Gagnon avait déjà écrit .des choses similaires dans un de ses « grands » articles « Sex research and social change » publié en 1975 dans les Archives of Sexual Behavior.

Je me trouvais face à quelqu’un qui avait développé une réflexion théorique originale sur la sexualité et qui, en plus, savait manipuler des chiffres. Ce fut pour moi une révélation et le début d’une longue et féconde amitié intellectuelle qui s’est nouée tout au long des rencontres annuelles de l’International Academy of Sex Research au cours desquelles au delà des réunions scientifiques nous allions diner dans les meilleurs restaurants de la ville et explorer les musées et les curiosités culturelles sans jamais s’arrêter de discuter. Avec Gagnon, le flux de la pensée et de la réflexion — philosophique — sur le monde ne s’arrête jamais. Le monde, dans sa banalité comme dans son exception, offre un spectacle permanent que l’on doit décrire, interpréter et discuter sans relâche. L’esprit réfléchit en permanence le monde extérieur et lui restitue son interprétation quel que soit le contexte matériel ou géographique dans lequel on se trouve.

John Gagnon a présenté son histoire, ou du moins ce qu’il considère comme étant une représentation de son histoire personnelle destinée au public intellectuel, dans un récit autobiographique publié en 1990 et intitulé « An Unlikely Story ». Il a aussi accordé une longue interview au sexologue allemand Gunter Schmidt, « Sexual Conduct Revisited », dans laquelle il raconte son itinéraire intellectuel. Ces deux textes ont été publiés en 2004, en ouverture et en finale de l’édition américaine de An Interpretation of Desire (Chicago University Press, 2004). Ils nous permettent de comprendre comment les réflexions théoriques sont très ancrées dans la biographie des chercheurs. Dans le domaine de la sexualité, comme dans tout autre domaine, la théorie est indissociable de l’expérience et de la biographie du chercheur. Ce n’est pas seulement l’expérience sexuelle du chercheur qui compte, mais bien toute son expérience sociale. Il peut difficilement raisonner indépendamment de sa propre expérience de la sexualité, qui est aussi, dès le départ, une expérience théorique. L’exemple de la théorisation de la « sexualité à risque » met bien en évidence la manière dont l’expérience et les représentations personnelles de la sexualité de ceux qui ont été chargés de développer la lutte contre le sida — comme acteurs de prévention, responsables politiques, ou militants d’orga­nisations identitaires et d’associations de malades — sont articulées et constituent parfois le fondement des théories de la sexualité.

John Gagnon est né en 1931à Fall River (Massachusetts) et il raconte comment il a grandi dans une famille divisée, déchirée, entre la tradition ouvrière, anarchiste et athée d’un père mineur de lointaine origine française et le catholicisme paroissial d’une mère irlandaise qui voulait surtout sauver son fils John du destin inexorable de la mine et de la grossièreté qui l’accompagne. Une enfance marquée par des déplacements en train dans l’Amérique de l’entre-deux-guerres, suivie d’une longue période (pendant la Seconde Guerre mondiale) passée en Californie, sous le soleil, ponctuée par la mort de son père lors d’un accident du travail et le retour vers l’Est, l’abandon de la croyance religieuse et surtout la découverte du plaisir boulimique de la lecture grâce à la fréquentation des bibliothèques publiques. L’arrivée à l’Université de Chicago se fait un peu par hasard, comme s’il avait bénéficié d’une mesure de justice distributive permettant à des jeunes gens appartenant à la majorité blanche d’entrer à l’université pour rétablir des quotas face à l’ouverture de l’université aux minorités religieuses et ethniques. Il y mène des études de sociologie sans relief et commence à travailler comme gardien de prison au Cook County Jail. C’est presque par hasard, en 1959, qu’il est recruté par Wardell Pomeroy, l’un des assistants d’Alfred Kinsey, qui était à la recherche d’un jeune chercheur formé dans les sciences sociales, pour travailler sur le dernier des rapports Kinsey consacré aux auteurs de crimes et de délits sexuels. Gagnon arrive ainsi à Bloomington (Indiana) quelques années après la mort de Kinsey, survenue en août 1956. C’est là, sur le campus néoclassique de Bloomington, où il emménage avec sa première famille, qu’il commence à découvrir l’univers culturel de la sexualité en se promenant dans les archives de l’Institut Kinsey et à travers la riche collection de livres scientifiques et de documents érotiques. Il donne cependant l’impression de s’y ennuyer, de gérer tranquillement l’héritage et la gloire passée de Kinsey dans un institut somnolent où l’on ne fait plus de recherches vivantes, où l’on met de l’ordre dans les archives et l’on finit les travaux laissés inachevés par le Maître.

Simon Gagnon scripts sexualité

Lorsqu’un beau jour arrive William Simon («Bill»), un autre sociologue de Chicago, que John avait côtoyé de loin et qui avait eu aussi un parcours singulier et marginal marqué par un engagement syndical et politique très à gauche. C’est la naissance d’une profonde amitié intellectuelle qui va durer jusqu’en 1968 au Kinsey Institute, une période que Gagnon considère comme très féconde intellectuellement et où la matrice de l’œuvre intellectuelle de ces deux hommes est formulée. Les idées élaborées à cette époque leur serviront, à tous les deux, de « logiciel » pour le restant de leur activité intellectuelle. Gagnon et Simon travaillent ensemble quotidiennement sur des projets très variés tels que l’homosexualité masculine et féminine, la sexualité des jeunes, la pornographie, l’éducation sexuelle, les thérapies sexuelles. Les publications réalisées au cours de cette collaboration au Kinsey Institute ont été réunies en 1973 dans le recueil Sexual conduct. The Social Sources of Human Sexuality. Leurs travaux portent sur des sujets qui renvoient à des aspects marginaux ou stigmatisés de la sexualité, peu traités à leur époque, en même temps que sur des pratiques sociales telles que l’éducation sexuelle et les thérapies sexuelles qui seront appelées à se développer par la suite dans les contextes de l’épidémie du sida et l’émergence des traitements médicamenteux des troubles sexuels. Parmi les publications de cette époque, on peut noter un travail sur la consommation de pornographie et son impact sur des adolescents. On perçoit à partir de ce qui apparaît aujourd’hui comme un exemple banal – la consommation de pornographie par des adolescents, devenue un « problème » majeur et qui a fait depuis l’objet de centaines de publications scientifiques – comment s’est construite la « perspective » de John Gagnon. Comment, à partir de problèmes très concrets, il en est arrivé à la construction d’une théorie générale de la sexualité. Gagnon et Simon commencent ainsi un processus de désengagement d’une sociologie de la déviance qui a constitué leur premier point de vue théorique sur les questions de sexualité pour en arriver à l’élaboration d’une théorie générale des conduites sexuelles inscrite dans une théorie des conduites sociales et de la « perspective des scripts de la sexualité ».

Dans sa préface à l’édition américaine de An Interpretation of Desire, Jeffrey Escoffier, reprenant les mots de C. Wright Mills, rappelle que l’œuvre de Gagnon vient combler un manque chronique dans la sociologie, et pas seulement dans la sociologie américaine, celui de « l’incapacité à comprendre le contexte social large et ses significations dans la vie intérieure et dans les carrières de toute une variété d’individus ». Soit dit en passant, la psychologie académique s’est aussi trouvée dans l’inca­pacité de prendre toute la mesure de cette articulation complexe entre les phénomènes sociaux, culturels et subjectifs et a préféré rabattre l’étude des phénomènes intérieurs et subjectifs, sur leur étayage (comme dirait Jean Laplanche) dans la biologie et la neurologie, au détriment de leur ancrage dans la culture, le monde symbolique et le monde social. John Gagnon apparaît ainsi comme un héritier de la tradition développée, d’abord par George Herbert Mead, puis par les sociologues du courant de l’interactionnisme symbolique (Erving Goffman, Howard Becker, Eliot Freidson, et d’autres), selon lesquels les comportements humains sont structurés par des modèles symboliques et retravaillés au cours des interactions entre partenaires et acteurs sociaux. Gagnon reprend, par ailleurs, une tradition de la critique littéraire, centrée aussi sur l’étude des processus symboliques comme sources des significations, et notamment l’œuvre de Kenneth Burke – quasi inconnue en France. Selon Burke, l’Homme est un animal symbolique qui utilise des symboles, leur répond et, parfois à son insu, est aussi utilisé par eux. Le monde social est construit comme un théâtre qui implique des actions, une scène, des acteurs, des scénarios et des buts. Cette perspective est très proche, y compris dans le langage qu’elle emploie, des concepts de l’école interactionniste, mais elle met l’accent sur le langage plus que sur les conduites.

Par la suite, Gagnon et Simon quittent Bloomington et se dispersent dans des régions éloignées des États-Unis. Gagnon rejoint l’Université de l’État de New York à Stony Brook – dans la banlieue de New York – où il effectuera toute sa carrière comme professeur de sociologie et de psychologie. Bill Simon s’établit à l’université de Houston au Texas où je fis sa connaissance en 1996 lors d’une conférence qui mit en scène leurs retrouvailles après plusieurs années de séparation, de distance et de discorde. Gagnon et Simon ont un autre point commun, ils ont terminé et soutenu leur thèse de doctorat très tard au regard des normes universitaires et ce travail n’a pas constitué leur chef-d’œuvre ni à l’un ni à l’autre. Autant dire que les travaux de Gagnon échappent à la perspective disciplinaire – dans tous les sens du terme – du monde académique.

Au cours de la seconde partie des années 1970 et tout au long des années 1980, Gagnon a une activité intellectuelle intense et explore de nombreuses dimensions de la sexualité. Il enrichit la théorie des scripts et l’applique à de nouveaux domaines. Mais à partir du milieu des années 1980, sa vie intellectuelle et professionnelle se met à suivre un cours différent, marqué par un engagement profond dans la lutte contre le sida. Il est important de rappeler ici qu’aux États-Unis, et à cette époque de la lutte contre le sida, l’engagement aux côtés des personnes atteintes par le virus et les combats pour la protection des droits de ces personnes n’ont mobilisé qu’une faible minorité des intellectuels libéraux et des médecins. L’engagement de Gagnon est marqué par la participation à des commissions nationales de recherche, de programmation scientifique et d’évaluation des actions et des politiques de prévention. Cette activité politique est scandée par un travail intellectuel et théorique intense grâce auquel il construit tout un mode de compréhension de l’épidémie. Il reprend ainsi les travaux de Kinsey pour en faire apparaître les intérêts et les limites, participe à un certain nombre d’enquêtes sociographiques et épidémiologiques qui permettront d’identifier les contours de l’épidémie de VIH parmi les différents groupes de la population américaine et il développe et applique la théorie des scripts à la compréhension des liens entre le sida et la sexualité. Cette activité culmine avec l’obtention d’une subvention, qui souleva de nombreux problèmes politiques et idéologiques et qui a permis à l’équipe de l’Université de Chicago de lancer une grande enquête nationale sur les comportements sexuels intitulée « L’organisation sociale de la sexualité aux États-Unis ». L’accent est résolument porté sur les déterminants et les facteurs sociologiques qui influencent et tracent les profils de la sexualité aux Etats-Unis. L’élaboration de ce projet ne fut pas de tout repos. Son financement rencontra des obstacles politiques importants, avec notamment l’opposition farouche de Jessie Helms au Congrès des Etats-Unis. Après la réalisation de cette enquête, Gagnon a continué d’affiner la théorie des scripts et a joué un rôle important dans l’organi­sation et le développement de la recherche sur la sexualité aux États-Unis sous l’égide de la Fondation Ford, où il a contribué à la mise au point d’un programme de formation de chercheurs dans les sciences sociales appliquées à la sexualité. Ses principaux travaux ont été réédités et traduits, au Brésil notamment. Il passe une retraite tranquille et active à Nice, ponctuée par des voyages fréquents aux États-Unis qu’il n’a jamais vraiment quittés et où il continuait d’être très écouté. Il y a quelques années, alors que Cathy Greenblat et lui-même commençaient à être touchés par différentes maladies, ils ont préféré rentrer aux Etats-Unis et s’installer à Palm Spring, en plein désert Californien où John a continué à participer à la vie intellectuelle en acceptant des invitations à différents congrès internationaux. Notre dernière rencontre avait eu lieu à Amsterdam en Avril 2011 lors du séminaire que nous avions organisé avec Gert Hekma pour discuter les textes de notre ouvrage collectif « Sexual revolutions » (publié en anglais en 2014 chez Palgrave et en 2015, en français, à la Musardine). Il y a quelques semaines, nous avions repris contact. En fait, John Gagnon avait pris pour habitude de raconter dans le menu détail sa « carrière médicale », l’évolution de ses maladies et de ses traitements et son état mental dans de longues qu’il adressait à ses proches. Un contact par Skype en Janvier n’avait malheureusement pas abouti : le cancer du pancréas en a décidé autrement.

Alain Giami

[1] Ce texte reprend des éléments de ma préface à la traduction de quelques textes de John Gagnon : « Les scripts de la sexualité » (traduction française, Paris, Payot, 2008). Cet ouvrage n’est malheureusement plus disponible.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *